Contact Se connecterS'inscrire




La tétine ou le pouce, et si vous aviez la bonne réponse?

De 13 mois à 3 ans


La tétine ou le pouce, et si vous aviez la bonne réponse?

Laisser un commentaire

La succion est un automatisme chez l’enfant. C’est même inné. Au 4èmemois de grossesse déjà votre enfant suce son pouce. Alors rien de dramatique à voir votre enfant sucer son pouce ou une tétine lors de ses premières années. Mais attention aux utilisations excessives !

Oui car finalement ce qui amène au débat perpétuel entre la tétine et le pouce n’est autre que la résultante de deux variables : la dépendance à la succion chez l’enfant et l’usage de la tétine par les parents comme objet consolateur. Je m’explique.

Pas de solution miracle

On dit de la tétine qu’elle est sale, qu’elle déforme le palais et empêche l’apprentissage de la langue. Mais ôtez lui sa tétine, votre enfant sucera probablement son pouce qui lui aussi peut être sale et lui déformera le palais à long terme. Alors au final, tétine ou pouce : où est la solution miracle ? Pas dans le doudou non plus qui sucé entrainera les mêmes problèmes.

Pourtant nous sommes tous d’accord pour dire que la succion chez l’enfant est source de réconfort et d’apaisement et qu’elle aide à l’endormissement.

Le pouce l’emporterait tout de même sur la tétine

Le pouce a une nette avance sur la tétine dans ce combat sans fin que nous connaissons depuis maintenant quelques années.

D’un point de vue dentaire, la Fédération Française des orthodontistes, en 2011, expliquait que « la tétine est plus nocive pour le palais de l’enfant que le pouce car il a tendance à la téter plus fort ». En outre, la profession pointe les coups marketings de certaines marques qui surfent sur le succès des sucettes et elle ajoute qu’une tétine ne peut avoir de propriété physiologique ou orthodontique.

D’un point de vue affectif, pour certains spécialistes, la tétine peut être un frein au développement de l’enfant lorsque cet objet est utilisé comme le remède à tous les cris et pleurs car vu comme l’objet du réconfort par excellence et surtout vu comme l’objet qui permettra aux parents d’être tranquille un peu plus longtemps. Voilà où le bât blesse. Pour éviter une forme de dépendance et de solitude vécu par l’enfant, il est conseillé aux parents d’éviter d’avoir recours à la tétine en toutes circonstances.
En somme, donnons lui la totoche seulement s’il réclame l’objet lui-même. Il pleure, réconfortons-le, il crie, apaisons-le. Soyons à son écoute, mais n’abusons pas de la sucette.

Et si l’enfant n’en démord pas ?

Jusqu’à trois ans, pas de panique. Au delà, les conséquences d’une trop longue succion seraient plus néfastes d’après les orthodontistes – déformation bucco-dentaire d’où nécessité d’avoir recours à l’orthodontie à l’âge adolescent par exemple.
Le meilleur moment pour sevrer bébé ? Et si nous profitions de l’entrée à l’école où l’enfant débutera une phase de socialisation et pourra profiter de ces nouvelles découvertes pour substituer ce besoin de succion par d’autres activités plaisantes.

Et vous, comment avez-vous fait pour en venir à bout du pouce ou de la tétine ? Partagez votre expérience, votre témoignage nous intéresse.

O.R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*