Contact Se connecterS'inscrire




Conception


Duphaston

DUPHASTON

DUPHASTON Dydrogestérone sous forme de comprimés à 10 mg.
Action
La dydrogestérone est également appelée lutéine, hormone progestinogène, progestine, hormone progestative, hormone lutéale, lutéine (désuet). Malgré le nom d’hormone de la mère, la progestérone existe également chez l’homme (elle est issue des testicules, en très petite quantité, et des glandes surrénales). Les 15 premiers jours du cycle sont sous l’influence des oestrogènes, phase pendant laquelle l’intérieur de l’utérus (l’endomètre) se prépare à recevoir l’ovule provenant des ovaires.
L’ovule doit normalement s’implanter dans la paroi utérine, à condition d’avoir été fécondé préalablement par un spermatozoïde. Après la libération de l’ovule, l’ovaire continue à travailler, par l’intermédiaire d’une coquille vide d’où provient l’ovule : le corps jaune. Les cellules du corps jaune ont pour rôle la fabrication de la progestérone. L’ensemble de ces phénomènes se déroule pendant la seconde partie du cycle menstruel, mais aussi pendant la grossesse.

La quantité de progestérone varie en fonction de la période du cycle dans laquelle se trouve la femme. Ainsi, la progestérone est environ 100 à 200 fois plus élevée pendant l’ovulation que durant les quinze jours précédents les règles. Cette phase porte le nom de phase lutéale et commence juste après l’ovulation. Grâce à une autre hormone du nom de gonadotrophine chorionique (ou HCG) sécrétée par l’hypophyse (glande située à la base du cerveau), la quantité de progestérone est suffisamment élevée pour autoriser la poursuite de la grossesse.
Le placenta prend le relais des ovaires et permet la gestation de l’embryon jusqu’au 9ème mois (au lendemain de la délivrance, qui est l’expulsion des annexes du foetus).

Propriétés
• Préparation de l’endomètre (muqueuse de l’utérus), à l’implantation de l’oeuf fécondé par un spermatozoïde.
• Inhibition des contractions de l’utérus
• Augmentation de la viscosité de la glaire qui adhère au col de l’utérus.
• Augmentation du volume des glandes mammaires
• Augmentation légère de la température corporelle
• Diminution de la sensibilité à l’ocytocine, qui est l’hormone stimulant la fabrication du lait.

Indications

• Insuffisance de sécrétion en progestérone
• Syndrome (ensemble des symptômes) prémenstruel (qui précède les règles)
• Mastopathie (pathologie du sein) bénigne

Posologie

Elle dépend de la pathologie considérée.
Du 16e au 25e jour du cycle : 20 mg par jour en deux prises.

Pour synthétiser :

Clomid favorise l’ovulation qu’elle soit mauvaise ou inexistante.

Duphaston améliore la nidation c’est à dire qu’il fait en sorte que le « nid » soit plus douillé pour permettre un meilleur développement du début de grossesse.

Attention :duphaston est à prendre après l’ovulation au risque de compromettre une éventuelle fécondation. Si cette ovulation est trop tardive (vers le 20-25ème jour du cycle), elle risque d’être mauvaise et dans ce cas la prise de duphaston permet la venue des règles pour le début d’un nouveau cycle porteur d’espoir…

Ces deux traitements ne sont pas des traitements lourds puisque ce sont des hormones naturellement présentes dans notre corps. Ils pallient juste à d’éventuelles carences courantes chez la femme.

Attention cet article est là à titre indicatif et ne remplace en rien l’avis d’un médecin.