Contact Se connecterS'inscrire




Accouchement avec épisiotomie et forceps

Témoignages par voie basse


Accouchement avec épisiotomie et forceps

9 Commentaires

Bonjour,

voici l’histoire de mon accouchement :

Le terme prévu de ma grossesse radieuse était prévu entre le 28 avril et le 01 mai 2007. Mon fils est né le samedi 28 avril à 9h27.

J’ai commencé à avoir des contractions le jeudi 26 avril au soir. Par précautions mon mari m’a conduit à la clinique où mon accouchement doit se dérouler.

On me pose le monitoring, et j’attends !!!! Les contractions sont bien là, mais on me dit que ce n’est pas le moment. Je suis gardée toute la nuit en observation à la maternité. Le lendemain matin, mon gynécologue de l’époque passe, me visite, et me dit que c’est du faux travailler. Je suis donc libérée à 12h.

Je rentre chez moi, passe une aprés midi au calme. Le soir à 22h, je commence à avoir très mal… Mon mari rappelle les urgences de la clinique, qui lui demande de me ramener. Le travail avait bel et bien commencé. Re monitoring, et des contractions relativement supportables avec la prise de suppo !

A 4h du matin, l’équipe de garde décide de me placer sous péridurale !!!! On me dirige vers la salle de travaille. L’anesthésiste place la péridurale et j’attends !!!

Les contractions ne sont plus que visible sur le monitoring, je ne sens rien. L’équipe de sage femme essaie de ma placer sur un gros ballon d’exercice pour accélérer l’ouverture du col, ceci jusque 8h du matin.

8h30, un bip retenti dans la salle de travail, on appelle. L’infirmière nous dit que la cartouche de la péridurale est fini, elle va chercher l’anesthésiste. Ça fait mal… L’anesthésiste ne viendra pas… Il est l’heure du changement d’équipe, et d’accoucher ! L’équipe se met en place à 8h40.

Et le travail commence. Il y a un nouveau hic, malgré la descente du bébé, on s’aperçoit un peu tard que mon bassin est étroit, mais tant pis il faut qu’il sorte. Après de longues minutes d’effort, et la sage femme allongée sur moi pour aider le bébé à se libérer, ça devient de plus en plus dur. J’ai plus de force. La gynéco de garde pratique une épisiotomie, et décide d’utiliser les forceps ! Il est 9h27, et mon bébé est là, sur moi !

9 Réponses pour Accouchement avec épisiotomie et forceps

  1. nadine Bailhache-Boyé dit :

    bonjour, c’est exactement mon histoire dans les moindres détails.
    on m’avait dit que j’aurais une crevette et mon ti bébé pesait 3.3 kg
    mais trop tard pour une césarienne alors j’ai eu le droit aux forceps et à l’épisiotomie
    mon bébé est né avec des marques des forceps sur la joue mais maintenant elle n’a plus rien ……

  2. Sophia dit :

    C’est un beau récit, mais on s’attendait peut-être à avoir un peu plus de détails justement sur la partie « difficile » de l’accouchement. Est-ce que ça a été traumatisant pour la mère? La fin est un peu trop rapide. C’est dommage.

  3. lilofeline dit :

    Bonjour,

    Moi aussi j’ ai connu le forceps et l’épisiotomie je dirais même que c’est le plus mauvais souvenir de mon accouchement surtout après avoir fait un oeudem une fois recousu.

    Mon histoire est un peu différente car tout se présentait bien péridural installé aussi,
    ma fille bougeait énormément jusqu’au bout de l’accouchement elle n’a jamais arrété de bouger,ce qui au bout du compte au moment de l’expultion mademoiselle a décider pourtant très bien placé au départ de faire un quart de tour sur le côté .
    Ce qui fait qu’elle voulait nous montré une épaule au lieu de sa grosse tête (d’un PC de 12 cm.)Donc forceps en urgence j’ y ai bien senti passé car la péri commencait à ne plus faire d’effet et quand il a fallu recoudre j’ ai trouver le temps très long et résultat un oeudem qui ma fait un mal de dingue toute ma jambe droite était enfler.(car j’ ai été coupée sur la droite)j ai eu mal pendant plusieurs mois après.

    Ma fille faisait 3.590 pour 52 cm!!Elle est née le 8/08/2007.

  4. taran dit :

    Mon histoire est a peu pres identique la peridurale ne fonctionnait plus mon bébé faisait 4kilos pour 56cm. Il sest mal positionné et ne passait pas. On m’a fait une episio monstrueuse et en plus de la douleur je revois le gynecologue accroupie tirant sur la tete du bébé qui tapait sur mon bassin. Apres 45 mn d effort mon coeur etait la. L’apres accouchement fut tres difficile j ai fait des abces a l interieur et l exterieur de l episio.L ‘horreur quoi…

  5. Claudia dit :

    Ma petite fille s’est enroulée le cordon autour du coup en entamant sa sortie…
    On m a fait une belle épisio et elle est sortie rapidement avec le forceps, sans douleur vu que j étais sous péridurale…
    Ma fille n’a eu aucune trace si ce n’est qu elle était toute bleue… vu qu elle s étranglait et que son battement cardiaque diminuait…

  6. fatima dit :

    bonjour j’ai accoucher il ya 25 jours par forceps et comme j’ai déja accouché une fois par voie basse et une fois par césarienne je peux dire que cette fois ci et avec cette méthode a effacer le traumatisme laisser par ma césarienne j’ai perdue les eaux vers 15h30 ,à 17h30 j’étais à l’hopital avec 7 cm de dilatation et des contractions tout les 4 minutes et une forte douleure ,au début j’ai refusée la pérudurale mais j’ai fini par l’accepter vers 20h00 la sage femme n’arreter pas de m’aider et de me demander de pousser quand il fallait et moi j’éatit comme un robot j’exécutée tous ce qu’on me demander à faire juste pour éviter la césarienne et à 23h00 mon bb etait la avec deux traces sur les joues mais il se sont disparu au bout de 4 jours mon BB est né à 4kg600 et 55 cm mais vue que j’ai déja vecue les trois types d’accouchements(voies basse non instrumenté,césarienne, épisio) je peux dire qu’on préfèer comme même la première mais reste l’episio mieu que la césarienne.et même coté psychique on accepte ce type d’accouchement plus facilement et sans séquelles.

  7. lolo76 dit :

    Bonjour,
    En février 2010, j’ai accouché d’une petite fille de 3.830 kg et 52 cm trois jours après le terme, 24h de contractions durent à supporter avec perfusion, médicament pour ralentir les contractions, puis vers la fin accélérateur de travail (un truc comme ca).
    bon tout ca avec péridurale qui a bien fonctionné !! merci la médecine !!! je pousse trois fois environ et d’un coup on me dit stop reprenez votre souffle, la sage femme sort de la chambre discrètement et reviens avec deux personnes dont une masquée au niveau de la bouche. c t la gynéco qui m’explique que ma fille fatigue car sa tête ne passait pas le bassin alors elle me dit on va l’aider à sortir.
    j’entends les forceps, mon mari s’approche, je repousse et la voila. j’ai pas eu mal une seconde heureusement, la sage femme me recoud et je lui dis ah bon ? elle me dit l’un ne va pas sans l’autre.

    après 24h d’hospitalisation et de contractions, j’étais bien contente d’avoir ma fille sur moi une fois que tout était fini. elle a eu aussi qq trace de l’épiosiotomie à cote de l’oeil mais c parti dès le deuxième jour.

    voila. je regrette juste que cela se soit fait comme ca, on est mis devant le fait accompli ; bon votre fille fatigue va falloir l’aider, forceps, épisio et hop c terminé.

    ma grossesse s’est bien passée et je garde tout de même un bon souvenir de mon accouchement même si j’ai souffert pendant ces longues heures avant qu’on me pose la péridurale.

  8. nyfea dit :

    Whaouhhh quel accouchement!
    Donc si j ai bien compris à la fin tu sentais tout? Vu que tu disais que l’anesthésiste n etait pas revenu.
    Je dis cela parce que je dois avouer que l episio + les forceps sont pour moi une grande source de stress je dois acccoucher dans qq semaines et ca m’angoisse

  9. coussy dit :

    Bonjour,
    chers amis;ce que je veux partager avec vous n’est pas une histoire ; c’est plutôt mon histoire. ne la prenez pas pour une blague ou toute autre chose car elle m’est chère. en effet je suis une institutrice mariée depuis 7 ans. mon mari et moi sommes matériellement et financièrement assis ; rien ne nous manque. mais nous n’avions jamais été heureux car nous n’avions la moindre progéniture. nous avions connue les plus grands hôpitaux et médecins de ce monde mais en vain. nous nous accusions mutuellement d’être a la base de cette infertilité. cela créait d’énormes tensions dans notre couple. si ce n’est ma patience et mon courage nous nous serions séparés définitivement depuis fort longtemps. c’est ainsi qu’un jour j’ai parlé de mon problème a une nouvelle collègue d’origine africaine elle m’a dit ceci: ce problème dont tu me parles n’en est pas un en Afrique; je connais un … qui traite ces genres de problème. j’en ai parlé a mon mari et il a accepté; on avait plus le choix.la collègue nous a mis en contacte avec ledit …
    chers amis; sincèrement sans vous mentir; deux mois après j’ai eu un arrêt. j’ai gardé le secret pendant un mois pour voir si ce n’est pas un mois pour voir si ce n’est pas un retard de menstrues car je n’y croyais pas. après j’ai mis mon mari au parfum de la nouvelle; ce jour il a faillit avoir une perte de connaissance. les analyse médicales ont confirmé la gestation. en cet instant précis ou j’écris ce témoignage; un mignon garçon du nom de enzo s’amuse dans son berceau juste a coté de moi; ce bébé; c’est mon propre sang je n’ai jamais rêvé adopter un enfant; mon mari non plus.la paix et le bonheur sont revenus dans notre couple. notre amour s’intensifie au jour le jour par la croissance de notre enfant.
    si vous vivez le même cas et que le cœur vous en dits; n’hésitez pas a me contacter et je vous mettrai en contact avec le … qui préféré travailler en sourdine. d’ailleurs je ne l’ai pas informé avant de faire cette publication car je sais qu’il va m’opposer un non catégorique.
    je veux que d’autre couples aient également la délivrance comme le notre après tant d’années de chagrins. voici mon mail: isabellecoussy@hotmail.fr
    je dédie ce témoignage a mon trésor Enzo et a son père

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*