Pilule du lendemain : Découvrez comment l’antidouleur BOOSTE son efficacité !

À Hong Kong, des chercheurs se rapprochent de la solution pour que l’efficacité de la pilule du lendemain soit de 100%.

Des chercheurs de Hong Kong ont mené une étude pendant quatre ans (entre 2018 et 2022) sur 860 femmes ayant eu besoin de la pilule du lendemain, cette contraception d’urgence nécessaire suite à un rapport sexuel non protégé pouvant amener à une grossesse non désirée. Les résultats de cette étude ont été publiés début août dans la revue « The Lancet ».

La pilule du lendemain n’est pas toujours efficace

Il est malheureusement vrai que la pilule du lendemain n’est pas toujours efficace. Prise dans les 24 heures qui suivent le rapport sexuel non protégé, le lévonorgestrel, une des pilules du lendemain la plus fréquemment utilisée, n’est efficace que dans 95% des cas. C’est le résultat d’un test qui a été mené en 1998 à Hong Kong. En 2011, HRA Pharma a également constaté que son médicament ne fonctionnait pas sur les femmes pesant plus de 80 kg, et perdait en efficacité dès 75 kg. Toutefois, ce n’est qu’en 2013 que les autorités sanitaires ont donné leur autorisation pour que le laboratoire modifie sa notice d’utilisation afin de prévenir les consommatrices. La nouvelle notice a donc pu indiquer cette contre-indication à partir du premier trimestre 2014.

L’étude menée à Hong Kong sur la pilule du lendemain

Les chercheurs ont comparé les résultats obtenus sur deux groupes de 418 femmes chacun. Toutes avaient besoin de la pilule du lendemain car elles étaient face à un potentiel risque de grossesse non désirée. Le premier groupe a reçu du lévonorgestrel et du piroxicam, un anti-douleur destiné aux personnes souffrant d’arthrites et d’inflammations. Le deuxième groupe a reçu du lévonorgestrel et un placebo de l’antidouleur. Au sein du premier groupe, une seule femme est tombée enceinte, alors que le deuxième groupe a vu se développer 7 grossesses. Pour Sue Lo, membre du Planning familial de Hong Kong, qui a travaillé sur cette étude, c’est une découverte formidable.

Quand la pilule du lendemain est inefficace

Lorsqu’une femme a besoin de ce contraceptif d’urgence, le fait qu’il ne soit pas efficace à 100% peut être un vrai drame. C’est ce qui est arrivé à Julie. Elle raconte :

J’étais à une soirée du nouvel an avec des amis de la fac. J’y ai rencontré un jeune homme charmant avec qui j’ai passé la nuit. Le préservatif que nous avons utilisé a craqué alors j’ai pris la pilule du lendemain. Pour moi, l’histoire s’arrêtait là. Nos routes se sont séparées, et j’ai repris le chemin de l’université. Tout allait bien jusqu’à ce que je me retrouve en pleine période d’examens avec des douleurs abdominales. Au début, j’ai pensé que ça venait du stress. Et puis j’ai consulté un médecin. J’étais enceinte de 5 mois !!! Ce fut un choc terrible. Tout se mélangeait dans ma tête. Je n’avais pas prévu d’être mère. Je voulais faire des études. Je ne comptais pas revoir le garçon du nouvel an. J’avais pris la pilule du lendemain. J’avais eu mes règles depuis… Tout ça ne tenait pas debout. Il a fallu que je fasse l’échographie pour assimiler que tout ça était bel et bien réel. Aujourd’hui, j’ai une adorable petite fille qui s’apprête à rentrer à l’école maternelle, et moi à présenter mon mémoire en linguistique. Les débuts ont été difficiles. Mais j’ai eu la chance d’avoir une place en crèche tout de suite, et ma famille m’a beaucoup aidée pour que je puisse poursuivre mes études.

Il faut renforcer l’efficacité de la pilule du lendemain

L’histoire de Julie, même si elle finit bien, montre à quel point il est important que ce médicament soit efficace à 100%. Les chercheurs y travaillent donc activement. Sue Lo insiste sur le fait que l’association de la pilule du lendemain à un autre médicament facile à obtenir et sûr est effectivement une avancée majeure. Mais elle précise qu’il est « un peu trop tôt » pour la proposer aux femmes, car les résultats de l’enquête sont obtenus sur des femmes principalement asiatiques et n’ayant pas de problème de surpoids.

Maman & CO
Bonjour à tous ! Je m'appelle Julia et je suis enseignante. J'ai 34 ans et j'adore aider mes élèves à apprendre et à grandir et aider les parents ou futurs parents dans mon blog de maman et maitresse d'école.