Tout savoir sur le médicament Clomid

Clomid ovulation et traitement infertilité

Voilà, maintenant que la décision est prise de concevoir un petit bout qui enchantera et bouleversera votre vie, le fameux « + » tant attendu et redouté en fin de mois se laisse désirer. Votre gynécologue a peut-être remarqué ce qu’on appelle une anovulation (absence d’ovulation) ou dysovulation (mauvaise ovulation). Derrière ces mots barbares se cachent en général des petites carences qui empêchent la fécondation de se faire…

Pour remédier à ces problèmes, gygy préféré vous a prescrit Clomid en début de mois et Duphaston en fin de cycle. Et là un tas de questions tourbillonnent dans votre tête.
Et oui j’ai remarqué sur le forum que beaucoup de message portaient sur ces traitements, alors sans me prendre pour un médecin loin de là, voici un petit topo regroupant des infos trouvées sur le net, apportées par des « forumeuses » et éclaircies par mes médecins.

CLOMID

Comprimé sécable (jaune) ; boîte de 5.
Substances actives : clomifène citrate.

Dans quel cas ce médicament est-il prescrit ?

Ce médicament est un inducteur de l’ovulation : il provoque la formation de l’ovule par l’ovaire. Il agit sur l’hypothalamus, qui sécrète les hormones indispensables au déclenchement de l’ovulation.

Il est utilisé dans les cas suivants :

  • le traitement des stérilités dues à un dérèglement hormonal ;
  • le diagnostic et le traitement de certaines aménorrhées, notamment celles qui peuvent suivre l’arrêt d’une contraception orale (pilule).

Indications thérapeutiques:

Traitement de la stérilité par anovulation et dysovulation normoprolactinémiques d’origine haute fonctionnelle.

– stérilité par anovulation fonctionnelle ;
– stérilité par dysovulation fonctionnelle :
. « corps jaune inadéquat »,
. phase lutéale courte,
– syndrome des ovaires polykystiques.

Test à visée à la fois diagnostique et thérapeutique :
– dans certaines aménorrhées d’origine hypothalamo-hypophysaire,
– dans les aménorrhées durables consécutives à la contraception orale (après avoir vérifié que le taux de prolactine plasmatique est normal).
Induction de l’ovulation dans le cadre de l’assistance médicale à la procréation (insémination intra-utérine, FIV).

Posologie et mode d’administration:

– Traitement de la stérilité par anovulation et dysovulation normoprolactinémiques d’origine haute fonctionnelle :

. Stérilité par anovulation, stérilité par dysovulation (« corps jaune inadéquat », phase lutéale courte) :
Posologie : 2 comprimés par jour (soit 100 mg) pendant 5 jours.

. Syndrome des ovaires polykystiques :
Posologie initiale : 1 comprimé par jour (soit 50 mg) pendant 5 jours.

Le traitement débutera 2 à 5 jours après le début d’une hémorragie de privation, naturelle ou induite par un progestatif, ou bien, en l’absence de cycle, un jour arbitrairement choisi par le médecin traitant.
Lorsque cette posologie aura permis d’obtenir une ovulation, il est préférable de prescrire le traitement un cycle sur deux car une ovulation survient souvent spontanément lors du cycle non traité. En cas d’ovulation, il n’y a aucun avantage à augmenter la posologie dans les cycles suivants. Dans le cas contraire (pas de décalage thermique, progestérone plasmatique au 20ème-26ème jour du cycle < 3 ng/ml), on prescrira au cours du second cycle de traitement 100 mg par jour pendant 5 jours (2 comprimés en une seule prise quotidienne). Si l’anovulation persiste, la posologie sera augmentée à 3 comprimés par jour pendant 5 jours le cycle suivant.
L’essai thérapeutique avec CLOMID ne doit pas excéder 6 à 9 cycles. Lorsqu’on aura obtenu une ovulation, sans que celle-ci soit suivie de grossesse, on pourra en effet persévérer jusqu’à un total de 6 cycles de traitement, à la posologie efficace.
Si aucune ou trop peu (< = 50% des cycles) d’ovulation n’est obtenue à la posologie maximale, la patiente doit être considérée comme résistante à CLOMID et il convient alors de réenvisager la stratégie thérapeutique.
Certaines patientes avec ovaires polymicrokystiques peuvent être hypersensibles à CLOMID, même à la posologie initiale (50 mg/jour).
En ce cas, la posologie pour les cycles suivants peut être diminuée à 1/2 comprimé par jour (25 mg/jour).
Il est important de rappeler au couple la nécessité de rapports sexuels réguliers lors de la période de fécondité présumée.

Test à visée à la fois diagnostique et thérapeutique :

Ce test est utilisé pour le diagnostic des insuffisances gonadotropes s’il y a un désir de grossesse. Posologie : 2 comprimés/jour (soit 100 mg) pendant 5 jours consécutifs et pendant un seul cycle.

Induction de l’ovulation dans le cadre des procréations médicalement assistées (FIV…) :

Certains protocoles de stimulation ovarienne utilisent CLOMID (2 comprimés par jour du 2ème au 6ème jour du cycle) suivi d’hMG pendant plusieurs jours afin d’entraîner la maturation de plusieurs follicules.

Durée de conservation : 5 ans.

Précautions particulières de conservation :
A conserver à l’abri de la lumière, de l’humidité et de la chaleur excessive.

Article écrit par Minouchat

Cet article ne remplace en rien les conseils indispensables d’un médecin.

WordPress Ads