La vigne rouge : un remède naturel contre les jambes lourdes pendant la grossesse

Grossesse jambes lourdes

Durant les neuf mois précédant l’accouchement, le risque d’insuffisance veineuse est de 50 %. En effet, de nombreuses futures mamans souffrent de problèmes de membres inférieurs, de gonflement des chevilles, d’une sensation de lourdeur et de tension dans les jambes. Ceux-ci peuvent être soulagés par des remèdes naturels comme la vigne rouge. On vous explique tout dans notre dossier…

La grossesse est un moment particulier qui met à rude épreuve la circulation veineuse des jambes. Environ 70% des femmes ont des problèmes de varices ou de lourdeur dans les membres inférieurs après le 7ème mois de grossesse. Les mesures qui peuvent être prises pour soulager la lourdeur des jambes pendant la grossesse sont nombreuses et la vigne rouge est sans doute le remède naturel le plus efficace. En effet, dans cette période délicate, il est toujours préférable d’éviter l’absorption de substances chimiques, c’est pourquoi nous recommandons d’opter pour des produits certifiés bio comme la vigne rouge du site Jolivia.

Les causes des jambes lourdes pendant la grossesse

La sensation de tension et de lourdeur dans les jambes est généralement le premier signe de stase veineuse, c’est-à-dire le ralentissement du flux sanguin de la périphérie du corps vers les poumons et le cœur.

Dans les jambes, les veines doivent pousser le sang du bas vers le haut avec suffisamment de force pour contrer la gravité. Lorsque les veines perdent leur élasticité et leur tonicité, le sang stagne à l’intérieur des capillaires car il a du mal à remonter. En outre, une partie de ces substances s’échappe et s’accumule dans les tissus, provoquant un gonflement. Cette stagnation est due à l’augmentation considérable du taux de progestérone, l’une des hormones qui régule le délicat mécanisme de la conception et de la gestation et qui, après le premier trimestre, favorise la vasodilatation de la circulation dans le bassin et entraîne une congestion des veines.

Pendant le troisième trimestre de la grossesse, l’augmentation du volume de l’utérus provoque une compression des veines pelviennes qui entraîne une difficulté à « évacuer » le sang des veines des jambes qui ont tendance à se dilater et à devenir des varices.

La grossesse représente également une situation potentiellement risquée pour le développement de phlébites superficielles ou de thromboses veineuses profondes. Les modifications de la circulation veineuse et les altérations hormonales qui se produisent entraînent une augmentation de l’incidence de ces événements qui, s’ils ne sont pas correctement reconnus, peuvent entraîner des problèmes graves. Habituellement, les gynécologues effectuent un test de l’hémostase au début de la gestation.

Heureusement, quelques semaines après l’accouchement, la situation revient à la normale et la dilatation des veines et la congestion de la circulation veineuse sont rapidement réduites.

Qu’est ce que la vigne rouge ?

Vigne Rouge

La vigne rouge est un buisson grimpant irrégulier, avec des ramifications peu nombreuses mais très développées en longueur, même de plusieurs mètres. La tige est tordue et irrégulière. Les jeunes branches, souvent poilues, ont, du côté opposé de la feuille, un cirrus qui permet à la plante de s’accrocher aux supports.

Les feuilles caduques lobées de la vigne rouge perdent, à la fin de leur cycle vital, leur coloration verte normale et acquièrent la couleur rouge typique avant de se détacher et de tomber. Les fleurs sont unies en panicule, d’abord dressées, puis pendantes. Le fruit est une baie, généralement cueillie en grappes, appelées raisins. La couleur de la baie mûre varie selon le cépage, du vert au jaune, du rose au rouge violacé, du noir ou du noir bleuté, mais l’intensité et la nuance de la couleur peuvent également varier en fonction des conditions environnementales, en particulier de l’exposition au soleil.

Comment la vigne rouge agit sur le système veineux ?

Les principes actifs contenus dans les feuilles récoltées en automne, lorsqu’elles prennent des teintes rougeâtres, d’où le terme « vigne rouge« , appartiennent à la catégorie des polyphénols, en particulier des bioflavonoïdes (anthocyanidines et proanthocyanidines), et ont une intense activité antioxydante et anti-inflammatoire.

L’action la plus importante de la vigne rouge est vasoprotectrice, pour le traitement du système circulatoire, où elles influencent positivement la perméabilité vasculaire, en prévenant les œdèmes et les gonflements. Même les graines et la peau des baies contiennent un phytocomplexe riche en flavonoïdes, anthocyanes, acides gras polyinsaturés et vitamine P, et ont une action très utile dans l’insuffisance veino-lymphatique, dans les maladies cardiovasculaires et pour les troubles impliquant des problèmes circulatoires dans les yeux, en particulier au niveau de la rétine.

La vigne rouge est donc indiquée dans toutes les formes de varices, phlébites, fragilité capillaire, couperose, œdèmes, hémorroïdes, cellulite, rétention d’eau, stase sanguine et lourdeur des membres inférieurs.